La notion d’ « architecture d’intérieure » peut nous amener à penser que l’architecte d’intérieur « construit ». Mais cette notion est trompeuse.

S’il n’est pas rare qu’un architecte développe une création ex nihilo, cela n’arrivera jamais à l’architecte d’intérieur. Ce dernier va se concentrer sur la rénovation et le remaniement du bâti existant. Il joue alors un rôle capital dans le renouvellement des bâtiments en leur apportant une vie nouvelle, en les transformant totalement.

Avant de commencer une conception, l’architecte d’intérieur travaille avec l’espace et le lieu. L’espace se comprend comme une étendue, parfois associée à des activités particulières (espaces de repos, etc.). Si nous prenons un point spécifique et délimité de l’espace, nous nous concentrons sur un lieu. Cette délimitation est essentielle à l’architecte d’intérieur car elle lui offre un cadre de travail. Une fois le lieu défini, il s’agit de prendre en compte toutes les impressions qu’il peut nous transmettre. En ce sens, le lieu peut avoir une pluralité d’identités. C’est d’ailleurs ce que développe Yi-Fu Tuan dans Espace et lieu, les perspectives de l’expérience. Selon l’heure, l’affluence, la saison, un même lieu ne ressentira pas de la même manière. L’architecte d’intérieur doit donc prendre en compte tous ces éléments pour cerner le sens du lieu qui peut reposer aussi bien sur l’histoire individuelle que collective, la construction interne existante que l’environnement.

L’architecte d’intérieur peut alors transformer et reconvertir un espace par différents procédés, touchant à la structure et à la fonction du lieu en choisissant une échelle adaptée à l’utilisation humaine. De la bonne compréhension du lieu et des demandes se développe tout le projet.

image

Photo : couverture de livre (résumé sur https://www.infolio.ch/livre/espace-et-lieu.htm)

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire

Poster un commentaire