La réutilisation des bâtiments déjà existants est une idée que l’on croise de plus en plus au détour des chemins. Elle est d’autant plus présente dans notre monde où la population ne cesse de croître.

L’idée de reconvertir un bâtiment – c’est à dire le remanier et changer sa fonction – n’est pas nouvelle. La Porta Nigra, une porte de l’enceinte romaine qui entourait la ville de Trèves en Italie, fut convertie en église à deux niveaux au XIe siècle. Les changements de fonction étaient plus nombreux qu’on ne le croit vu l’entreprise que cela représentait de construire entièrement un bâtiment. Avec le temps, les constructions sont devenues plus abordables et plus faciles. Mais qui dit beaucoup construire dit aussi beaucoup de bâtiments abandonnés qui ne trouvent plus d’usage. Le retour de la reconversion du bâti dans la conversation contemporaine est un sujet qui tient à cœur aux architectes d’intérieur car elle touche à leur plus essentielle compétence : innover avec ce qui est déjà là. C’est aussi un sujet d’actualité car il permet de trouver de la place là où parfois on pense qu’il n’y en a plus.

L’approche est d’autant plus difficile qu’un lieu a toujours une histoire. Si l’intérieur est remanié, il reste toujours une sorte de « substance historique » au-delà de la matière première que représente le bâtiment. L’histoire et le charme de l’endroit ne doivent pas disparaître et même doivent être mis en valeur. Un tel travail demande beaucoup d’ingéniosité et des connaissances pour réaliser un nouvel usage sans dénaturer le bâtiment soumis à la transformation, dont les projets sont souvent soumis à débat.

C’est le cas de la Maison de la Littérature, située dans la ville de Québec. L’ancien temple Wesley a été refait de l’intérieur par Chevalier Morales Architectes pour transformer ce bâtiment religieux en bibliothèque et en espace de rencontre. Le remaniement invite à la création : le blanc des murs illumine et surtout stimule l’imagination dans cet espace vierge.

Crédit photo : « Mise en scène m² », avec l’aimable accord de La Maison de la Littérature.

image

Commentaires


Les commentaires sont clos.